Recto : Local, Proximité / Verso : Global, Mondialisation

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 763 (5 par jour)
En Débat

Recto : Local, Proximité / Verso : Global, Mondialisation


Il est courant d’opposer les deux faces… Dans la société numérique, il y a une forme de complémentarité et des fils à tisser dans un sens ou dans l’autre. Ceci bien sûr sans nier les effets négatifs voir les erreurs dans lesquels sont tombés divers groupes économiques dominants et mondialisés [1].

Les deux infinis
  • Rappelons nous Blaise Pascal dans Les Pensées avec ses deux infinis [2] : « Car enfin qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout »… on trouve toujours plus petit que soi… mais aussi plus grand que soi.…
    ou celle de Jean de La Fontaine « On a souvent besoin d’un plus petit que soi. »" dans la fable Le Lion et le Rat.
  • Citons à nouveau Pascal dans les Pensées pour évoquer notre société numérique acentrée [3] : « C’est une sphère dont le centre est partout, la circonférence nulle part. » Le Local / Proximité sont donc partout et le Global / Mondialisation nulle part…
 
Aller / Retour vers le Local, la Proximité
  • L’entrepreneur comme tout acteur du Local peut :
    Viser d’abord la Proximité (marché à l’attention des clients, qualité de services aux habitants et usagers…) et selon besoin, envie, philosophie s’étendre progressivement sur d’autres territoires (géographiques ou numériques) juqu’au Global, à la Mondialisation (opportunités de marchés extérieurs au Local, exemplarité d’une initiative à faire partager par le plus grand nombre…)
  • De même l’entrepreneur à vision globale ou mondialisée peut :
    s’intéresser au Local, à la Proximité… en partant d’une position Globale, Mondiale… parce qu’il y verra une occasion de s’ancrer dans un territoire, de s’appuyer sur des compétences disponibles, de se construire autour d’une image de proximité porteuses de référents opérationnels comme la qualité, le savoir-faire, la traçabilité des produits…


Comment réussir le Recto / Verso ?

 

Côté Recto…

Local / Proximité… partout c’est à dire ici et là :

  • lieux géographiques : diversité des identités culturelles, spécificités …
  • lieux numériques : communautés territoriales, professionnelles, ludiques… avec expériences utilisateurs.
  • raisonnements inversés par ex En Gironde, une déchetterie devenue un « supermarché inversé » : « Succès rencontré par Smicval Market (5.000 m2 en libre-service), ouvert avril 2017… a permis de réduire de 60 % le tonnage de déchets enfouis. On y va pour déposer et on s’y sert gratuitement (ce n’est pas une recyclerie). Adopte codes de la consommation, avec racks et rayonnages… 15.000 usagers desservis : Maison des objets, Préau des matériaux, zones de dépôt au sol. ».
  • exigences de qualité du service à la personne, apporté au citoyen par les intervenants ayant reçu l’agrément des conseils départementaux.
  • ce qui fonde la relation à l’Etat : Le Local et la Proximité confrontés à l’Etat : droit, nature, numérique acentré.
 
Entre… l’accélérateur numérique du XXIe

Le Recto comme Le Verso :

  • Evoqué dans Local, Proximité et Mondialisation : Internet change la donne
    • partagent aujourd’hui trois constantes : création de valeur, usages et partage d’internet, emploi et employabilité.
    • se différencient sur la façon de faire bonne usage de la richesse créée.
    • sont l’un comme l’autre confrontés à une exploitation pertinente (performance et pérennité) de l’Open Data, aux exigences réglementaires, ex devoir de vigilance.
  • Doivent tenir compte des tendances à l’authenticité, du retour du Local en 2018, une valeur sûre, des secteurs porteurs, la déferlante des objets communicants et l’accélération des applications mobiles sur les produits en rayon en particulier la lecture des étiquettes (il ne servira plus à rien d’écrire en tout petit les compositions). Cf aussi Tendances Numériques 2017 au filtre du Local.
  • Sont obligés de surveiller, leurs arrières, autour, devant… au risque de trouver plus grand que soi, ou de dépendre d’un plus petit que soi… Une appréhension classique mais qui prend tout son sens avec le risque d’Ubérisation dont le dernier en date VTC et aéroports américains [4]
  • Doivent veiller à la gestion de crise lors de retraits et rappels de produits… là où les effets de l’industrialisation de masse peut devenir un véritable cauchemar pour les entreprises [5] et présenter un risque coûteux pour les entreprises.
  • Prendre date et anticiper les phénomènes économiques encore dans les limbes, en situation de profonde mutation. Phrase révélatrice de JM.Vittori sur les cryptomonnaies : : « Ce n’est pas parce que c’est difficile à imaginer, et plus encore à réglementer, que cela n’arrivera pas » [6].
 
Côté Verso…

Un Global / Mondialisation nulle part… revient à en diluer à la fois les excès, les performances, l’identité des valeurs promues. A l’heure d’un client posté aux aguets, en embuscade face aux dérives d’un Global / Mondialisation qui se voudrait anonyme, intouchable… le risque est majeur pour les Etats, les Entreprises, qui se cantonneraient à cette vision du monde.


NB : Glocal ou Glocalisation dont un des aspects est : « penser global et agir local » et les déclinaisons multiples [8] ne sont pas évoqués ici, prenant plutôt le local au niveau du Pays, traitant peu la question du Local comme Proximité.


Voir en ligne : Local, Proximité et Mondialisation : Internet change la donne

le 22 janvier 2018 par Jacques Chatignoux Opérateur
modifie le 10 septembre 2018

Notes

[1] Effets négatifs voir les erreurs dans lesquels sont tombés divers groupes dominants et mondialisés : travail des enfants, sous-paiements du travail, exploitation excessive conduisant à des effets induits sur l’environnement, externalisation excessive par simple souci de rentabilité financière à court terme, conduisant à des marches arrière…

[2] Les deux infinis de Pascal « Car enfin qu’est-ce que l’homme dans la nature ? Un néant à l’égard de l’infini, un tout à l’égard du néant, un milieu entre rien et tout. Infiniment éloigné de comprendre les extrêmes, la fin des choses et leur principe sont pour lui invinciblement cachés dans un secret impénétrable, également incapable de voir le néant d’où il est tiré, et l’infini où il est englouti. »

[3] Cf ce qu’est un réseau acentrée note 2.

[4] Cf Comment les VTC menacent le modèle économique des aéroports américains : « Les aéroports américains, dont les revenus reposent plus que les autres sur les recettes issues des parkings et de la location de voitures, cherchent comment s’adapter au recul de ces services… VTC représentaient 19 % de l’ensemble des trajets vers et depuis l’aéroport San Francisco en octobre 2014, ce chiffre est monté à 71 % trois ans plus tard . Et SFO n’est pas le seul aéroport à connaître cet afflux : Lyft dessert 325 plates-formes aux Etats-Unis et Uber 144… 72 aéroports interrogés montrent que les transactions liées à la location de voitures ont baissé entre 4 % et 13 %, tandis que l’utilisation de voitures individuelles a, elle, reculé entre 10 % et 20 %, conduisant à une chute du nombre de clients des parkings de 5 % à 10 %. Et l’arrivée des voitures autonomes va accélérer la désertification de ces espaces. »

[5] Cf les effets de l’industrialisation de masse peut devenir un véritable cauchemar pour les entreprises« Lactalis, Findus, Picard, Audi, Leroy Merlin, Ikea, Samsung, Conforama, Mars : autant d’entreprises qui ont dû rappeler ou retirer leurs produits. Une situation de crise durant laquelle la société fait face aux consommateurs, à ses distributeurs et aux pouvoirs publics. Le risque réputationnel est considérable, mais sans commune mesure avec le risque de voir ses responsabilités civile et pénale engagées. »

[6] Cf Le bitcoin, une étape logique de l’histoire monétaire.

[7] Cf Le droit de la concurrence bousculé par la révolution numérique : « Pour le Club des juristes, après l’ordonnance du 1er décembre 1986 relative à la liberté des prix et de la concurrence, notre socle législatif et réglementaire est parfois limité dans sa capacité à réguler des acteurs et des marchés économiques qui n’ont plus grand-chose à voir avec ceux des années 1990… Les juristes doivent avoir une approche plus économique du droit de la concurrence (pouvoir recruter davantage d’économistes dans les juridictions).… Une approche moins formelle, moins processuelle est aujourd’hui nécessaire, car beaucoup de pratiques sont ambiguës. Les géants du Net, les Gafa, sont-ils en abus de position dominante ? … Ce qu’il faut apprécier, mais c’est très délicat, ce sont les effets de réseau qui peuvent bloquer la concurrence… La notion de marché se trouve remise en cause. Facebook ou Google peuvent être totalement absents d’un marché à un moment donné et en devenir des poids lourds en quelques mois du fait de la puissance de leur réseau… Que dire des décisions d’ententes commerciales qui vont se développer avec l’intelligence artificielle : qui est responsable lorsque ce sont des algorithmes qui sont à l’origine de telle ou telle décision, prise de manière autonome ? «  C’est l’ingénierie du droit de la concurrence qui doit changer, pas ses fondamentaux ».

[8] Glocal - quelques liens : Définition : Marque glocale - Marketing - « L’action des villes sur le climat est l’illustration parfaite du « glocal » » - Droits de l’homme et collectivités territoriales, du global au local (Glocal) - Le “glocal” version Danone - C’est quoi « Glocal » ?.