Pour une Europe du Local :)

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 1711 (8 par jour)
En Débat

Pour une Europe du Local :)

Contexte et Enjeux
Une nouvelle idée de l’Europe est-elle possible ?
Roger-Pol Droit.
  • "Plus qu’économique ou politique, c’est une panne philosophique.
  • L’Europe est d’abord une idée. C’est pourquoi elle « ne vivra que par l’idée que nous nous en faisons »
  • Plus personne ne paraît avoir une idée « claire et distincte », de ce qu’est l’Europe ni de ce qu’elle doit être… L’idée européenne paraît trop souvent terne, lointaine, ou même obsolète. Incapable, en tout cas, de parler aux imaginations et de soulever les coeurs.
  • L’histoire philosophique du projet européen passe principalement par la réflexion des penseurs des Lumières sur la paix et sa durabilité (abbé de Saint-Pierre, Kant, Rousseau, Jürgen Habermas…).
  • Urgent de tout remettre à plat, de tenter de réélaborer en profondeur l’idée même de l’Europe.
  • C’est aussi en rêvant que se construit l’Europe."
 
Thèmes… Valeurs… Parcours…

Rêver pour Re-Fonder l’Europe
L’évocation de thèmes peut prendre la forme de plaidoyer, de tentatives pour sortir des ruptures, des tensions actuelles. Difficile de situer leurs perspectives en changeant de paradigme pour adopter celui d’une société numérique acentrée [1] .

  • Liberté et droits fondamentaux dans un contexte numérique.
  • Rôle des modalités et pratiques contractuelles.
  • Place de l’individualisme et du collectif.
  • Gouvernance, Moralisation, Autonomie Locale au XXI ème.
  • Lignes de forces économiques en Europe restituant ou créant de la valeur en Local.
  • Enjeux sociaux et de sociétés - Transitions - Vécus locaux et en communautés.
  • Affirmations (Paroles, Actes) pour réduire les tensions entre les peuples.
  • Traitement équitable des territoires, Respect des Cultures, des Identités, des Peuples.

 
Trois approches à approfondir.



Création de Valeurs… Parcours… Déploiement…

1- Création de valeurs pour une Europe du Local ?

Quatre repères ci-dessous : fiscalité, proximité, marque / label, mots.

1- Faut-il accepter tout de go cette Nouvelle révolution fiscale mondiale - Patrick Artus.
Concurrence fiscale entre Etats, conduit à « une taxation de plus en plus attrayante pour ce qui est mobile (capital, hauts et revenus, profits délocalisables) et de moins en moins pour les facteurs immobiles de production (logement, travail non qualifié) ou les seules bases fiscales non délocalisables (consommation, retraites, chiffres d’affaires)… Une fiscalité compétitive n’est donc pas du tout une fiscalité redistributive.… Cela conduit inexorablement à l’inégalité. »
  • Le Local est-il délocalisable (ensemble de facteurs mobiles) dans une société numérique acentrée ? Ce qui n’est pas Local : fiscalité lourde ? Quid pour une activité utilisant sous-traitance, intelligence artificelle et télétravail via de petites équipes indépendantes implantées localement ? Quelle fiscalité pour des activités sociales, solidaires, économiques qui créent ou rendent de la valeur au Local ?

 
2- Mutation réelle en cours ou simple lubie pour aller vers la Proximité

  • Vers l’industrie de proximité - Scénario
    « La « relocalisation » se produit sur niches et moments du cycle de vie des produits : réparation, revente, adaptation, recyclage, logistique et distribution. Il faut produire des objets plus durables, adaptables, partageables ; des circuits « bouclés » où les déchets des uns sont les matières premières des autres, deviennent plus viables. »
    • Le texte s’efforce de dire le pour et le contre et ce qu’il faudrait faire pour que ce scénario devienne crédible et souhaitable. Thèmes néanmoins convenus (productivité, relocalisation, alliance, incitation) sans imagination.
  • L’économie de proximité - rapport du Conseil Économique Social et Environnemental - Pierre Martin
    • Spécificités : Organisation de l’économie autour de la relation directe : entreprises / consommateurs, inter entreprises, ancrage dans vie locale - Augmenter le bien-être en valorisant le territoire par les acteurs qui l’habitent et pour eux… Source d’emplois induits et renforce la vitalité du territoire. [2].
    • La proximité serait avant tout affaire de géographie : même lieu comme source d’efficacité, de créativité et d’innovation, vitalité d’une économie « près de chez soi ». C’est oublier un peu vite la proximité numérique et l’économie / sociabilité associées qui se déploient en univers acentré.
 
3- Que penser des marques locales et des labels ?
  • Concilier réalisme du Local et efficience économique. Mais vision « Local de Pays/Etat » et non « Local de Proximité » !
    • Emmanuel Faber (Danone) : « la révolution de l’alimentation se fera avec les marques locales » : « L’alimentation est d’abord une réalité locale, liée à un territoire… Depuis cinq ans, les petites marques gagnent entre un demi et un point de part de marché sur les grandes marques internationales par an. Et ce, sur toutes les catégories et dans toutes les régions.… Pour prendre en compte la réalité locale, nous avons besoin que les décisions se prennent au plus près des consommateurs et des marchés. »
    • Maquillage : avantage aux marques locales : « la nationalité reste un facteur clef du succès, en termes de notoriété et de ventes. En Europe, aux Etats-Unis ou en Asie, ce sont les marques locales qui s’imposent, devant les étrangères… »
  • La face marquée des labels : « Les deux « estampillent », « signent » mais divergent fondamentalement par leur finalité et par leur connotation : commerciale pour l’une, réglementaire pour l’autre. » Ne pas oublier que l’obtention d’un label n’est souvent qu’une question d’abonnement ou de cotisation. Quant aux audits de contrôle de conformité, peu d’entre eux font appel à des organismes indépendants.
  • L’enjeu : analyser davantage les marques et labels porteurs de savoir-faire locaux au sens terroir / quartier / village… En particulier sur leurs effets-retour en termes d’enrichissement équitable sur leur aire d’influence, de socialités, d’innovations.

 
4- Comment relier à l’Europe, les mots déclinant les Valeurs du Local ?

Plutôt bon :Mémoire, Histoire - Espace géographique - Marchandises - Savoir-faire, Compétences - Mesure, Hiérarchisation
Pas top :Identité, Coutume, Attachement, Diversité - Savoir-faire, Compétences - Originalité, caractéristiques - Espace Numérique - Gastronomie et Terroirs - Usage, Proximité, Quotidien - Qualité intrinsèque, désiré, estimé - Langues

Reste à compléter et faire l’exercice inverse : des valeurs de l’Europe à celles du Local ?


Haut de Page

2- Quels Parcours Exploratoires envisager

Avec un peu de recul, partons à la découverte d’une Europe du Local en portant de l’attention aux mots ci-dessous au rythme du flâneur : cailloux, suggestions sur le chemin d’une observation visuelle, émotionnelle, attentive, à vivre et partager. [3]
Une occasion de laisser quelques traces à nourrir par des réflexions personnelles ou collectives.

Protocole

“Découvrir des démarches artistiques qui travaillent à l’intérieur de contraintes préétablies, cerner les modalités et les enjeux de ces contraintes choisies et montrer comment se construisent avec elles de nouvelles approches pour la peinture, le dessin, la sculpture et les installations ." [4]

    • L’Europe actuelle adhère aux protocoles : négociation, adhésion, unanimité, langues officielles, règlements, horloge arrêtée…
    • Est-ce des protocoles qui fédèrent, unissent, dynamisent… ou unifient, rabougrissent, appauvrissent, ringardisent l’idée, le vécu, l’espérance européenne ? Il faut pour le moins stopper la boulimie règlementaire de l’Europe. Trop de droit tue le droit. Revenir à ce qui peut fonder le Vivre Ensemble est une Urgence, en réaffirmant quelques Principes Juridiques simples, compréhensibles par tous les citoyens et acceptés par le plus grand nombre. Principes traduisant la diversité et la richesse des langues européennes et non conçus principalement en anglais.

À dessein !

“Longtemps le dessin a été considéré comme esquisse ou croquis préparatoire. Aujourd’hui le dessin devenu une œuvre à part entière, présente une diversité des genres, des médiums et des techniques utilisées aussi bien par des artistes confirmés qu’ émergents. Quelle est la place du dessin dans l’art contemporain ?" [5]

    • Dessine moi l’Europe devrait dire aujourd’hui Le Petit Prince ! Pas sûr que la réponse le satisfasse… Faut-il en désespoir de cause lui dessiner une caisse avec l’Europe enfermée dedans ?
    • Pour ouvrir les horizons réintroduisons le Design de l’Europe invitant autant à dessiner qu’à concevoir en référence à un dessein : survie, puissance, liberté, solidarité, diversité, affirmation d’une primauté culturelle ou autre… Mais par qui : Dessin / Dessein des citoyens, des élites, des robots…

Minimart

“Le minimalisme incarne la tendance américaine dominante à la fin des années 1960 et marque profondément l’évolution de l’art contemporain jusqu’à aujourd’hui. Grâce à la couleur, au hasard et à un certain esprit dada, l’art ne se prend plus au sérieux." [6]

    • L’Europe s’éveille, grossit, se nombrilise, se complexifie, s’éloigne, est illisible… Devant son embonpoint aucune recette miracle ou cure violente d’amaigrissement. Peut-être s’inspirer de l’esprit Dada pour se remettre en cause avec une légère extravagance, humour et se libérer d’un trop grand sérieux !
    • Viser le minimalisme pour retrouver l’essentiel. Effort salutaire pour tous les convaincus d’Europe. Fonctionnaires européens… levez la plume pour prendre du recul, vivre davantage et en proximité, au quotidien, les conséquences de vos pensées ou suggestions réglementaires en prenant en considération la diversité des langues de l’Europe [7] et les vécus au quotidien des Citoyens Européens.
 

Travelling

“Au tournant du XXe siècle, l’émergence du cinéma confère aux arts plastiques réputés statiques la dimension du mouvement. Le cinéma et l’art contemporain n’ont de cesse de s’observer, de s’hybrider, de dialoguer à travers des peintures, films vidéos, et des installations." [8]

    • L’Europe s’observe (son histoire comme entre les membres), s’hybride peu, ne dialogue guère en direct avec les citoyens tant la pression et l’influence des intermédiaires lobbies ou autres est intense.
    • Oser se retourner pour voir ce long travelling sur l’Europe… en images, en sons, en représentation, en fraternité, en engagement… non pour se morfondre mais pour élargir horizons et perspectives.

Baz’art

“L’art contemporain est un vaste laboratoire à images et à idées ! En procédant par accumulations, hybridations, mutations les artistes à partir des années 60, opèrent constamment des glissements entre les champs artistiques : Peinture, sculptures, installations…. Comment la pensée entre la matière et l’image prolifère-t-elle ?" [9]

    • L’Europe actuelle vit sur de vieilles habitudes : défense des territoires, égoïsmes, privilèges… Pour redécouvrir et faire vivre l’Europe, il faut passer par l’étape du grand Bazar…
    • Et si l’on transformait l’Europe en un réseau de FabLab-Europ ! Autant de lieux ouverts, physiques et virtuels pour Interroger, Concevoir, Fabriquer l’Europe en Equipe, en toute Transparence, avec pleine conscience d’un monde acentré. A suivre, intérêt du protocole de recherche L’Europe au microscope du local [10]
      Pour l’heure le grand bazar de l’Europe c’est d’avoir donner la priorité à la gestion, aux règles… comme si ces dernières pouvaient constituer un Sens Collectif, un Horizon, une Identité partageable !!

Haut en couleur !

“La conquête de la couleur constitue un des enjeux fondamentaux de l’art contemporain. La couleur libérée de la forme reste aujourd’hui un moyen d’expression, d’échange de sentiments, et de sensations. Ce parcours nous invite à en voir de toute les couleurs et découvrir les différentes approches artistiques vers la couleur : photographies, peintures, dessins." [11].

    • Libérer la couleur de la forme… voilà bien un enjeu majeur pour l’Europe.
    • Par exemple, faire évoluer le drapeau européen, dont les douze étoiles sont censées incarner la perfection et la plénitude [12], en lui adjoignant la marque et la signification d’un réseau acentré (cf logo en tête de l’article).

Se mettre au vert !

"La nature et le paysage urbain restent encore un centre d’intérêt pour les artistes contemporains qui disposent d’une grande variété de techniques pour les exprimer. Design, photographies, peintures… Quels rapports entretient l’homme avec son environnement, avec la nature, et avec ses semblables ?" [13]

    • L’Europe actuelle est passée maître dans l’art du marathon de gestion (en arrêtant l’horloge) autour du tapis vert de la négociation.
    • Pour Co-Fabriquer l’Europe du Local il semble indispensable de retrouver avec les Citoyens, les yeux des découvreurs face aux Terres Inconnues [14]

Haut de Page

3- Déployons Pensées, Actions, Gouvernance

L’Europe du Local est probablement, au bout du chemin, un bon repère dans la société acentrée.

1-  Affirmons ce déploiement en prenant des initiatives. LocalVox pourra s’en faire l’écho.
  • Cercles Europe du Local ou autres communautés de réflexion. En proximité dans les quartiers, les villages, les communautés, les provinces… pour approfondir et agir autour des points évoqués ici.
  • Donner à ses actions sociales, économiques, technologiques une dimension Europe du Local.
  • Prendre une part active en accompagnant, en investissant, en initiant des activités porteuses de retour vers le Local (valeurs, compétences, cultures, proximité).
  • Inventer une Gouvernance Citoyenne et Acentrée pour l’Europe du Local : Aucune construction possible si les Citoyens sont éloignés des réflexions, conceptions et décisions européennes. Le modèle démocratique actuel est partiel (Parlementaires européens, Présidence européenne et désignation Membres Commission) s’essouffle et n’est plus en phase avec une société acentrée. Idem pour la logique de faire l’Europe des Etats. Le retour des imaginaires (autonomie / indépendance) des provinces n’est pas un hasard. Etre trop loin des citoyens produit une Europe stérile de sens, arc-boutée sur une fonction réglementaire.
 
2- Remettons à la fois Valeurs et Proximités dans le Système Européen.
    • Redonnons force à deux modalités d’une Démocratie de Proximité : élection au suffrage universel et tirage au sort [15] de citoyens comme reflet et respect de la grande diversité des territoires locaux et de la richesse humaine d’une société acentrée.
    • Valorisons le rôle et l’influence des Territoires Locaux de notre société acentrée (géographique et numérique) par des représentations européennes ad hoc, situées au plus près des habitants et usagers européens. Ceci de façon déconcentré et en accordant de larges marges de manoeuvres pour le développement local de proximité.
    • Procédons à une vigoureuse déconcentration et décentralisation des institutions européennes [16] (fonctionnaires et décideurs) en inscrivant à la fois leur localisation, leur mobilité accrue, leur formation continue, leur système décisionnel, l’exigence de diversité linguistique… dans le respect de tous les territoires européens de proximité, de leurs spécificités, de leurs potentiels.
 
En définitive, Prendre en Responsabilité notre Destin et Ré-Enchanter l’Europe du Local [17].


Haut de Page



le 4 décembre 2017 par Jacques Chatignoux Opérateur
modifie le 10 septembre 2018

Notes

[1] Société numérique acentrée  : Cf Le Local enjeu et horizon pour la création de valeur et la citoyenneté - note 2 : « L’intelligence est à la périphérie du réseau… Il est désormais possible de relocaliser le monde parce que, ce qui avait été obtenu par centralisation – à savoir la réunion d’une grande masse de connaissances à un endroit, d’une grande masse de production à un autre – peut désormais être obtenu de manière acentrée avec le réseau. ».

[2] Economie de la proximité  : Deux ensembles complémentaires :

  • l’économie présentielle économie marchande de biens et services résidentiels, activité non marchande de services centrés sur la satisfaction des besoins vitaux des populations, touristes inclus. Plutôt métiers tournés vers populations consommatrices.
  • économie à dominante productive fondée sur la rencontre entre activités économiques sur un marché local ou dans le cadre d’un système productif local. Synergie, mutualisation des moyens, compétitivité accrue. Plutôt activités de service et de conseil aux entreprises, l’économie sociale et solidaire, l’artisanat de pointe et l’industrie.

[3] Les propos d’introduction sont les cheminements « picturaux » de quinzaine qu’Olivier Mauchauffee Parcours d’Art propose à ses lecteurs en « adoptant le rythme du flâneur, dont Baudelaire fit l’éloge dans Le peintre de la vie moderne. »

[4] Protocole - Artistes : Silvia Bächli, Eric Hattan, Francisco Sobrino, Cerith Wyn Evans, Adam Adach, Mathieu Cherkit, Vincent Corpet, Pierre Tal Coat…

[5] À dessein ! - Artistes : Agathe May, Georg Baselitz, Guillaume Dégé, Annette Barcelo, Bernard Dufour, Mark Cohen, Bernard Plossu, Paul Rousteau…

[6] Minimart - Artistes : Florent Morellet, Peter Stämpfli, Ellsworth Kelly, Sol LeWitt, Frank Stella, Sam Francis, james Bishop, Fred Sandback …

[7] Langues de l’Europe  : Envie-de-Lire & Initiatives : Partons à la Découverte des Langues de l’Europe - La Présidence du Conseil de l’Union Européenne peut-elle faire l’impasse sur la Langue Française ? Journée Européenne des Langues - 26 septembre - L’Europe sera multilingue ou ne sera pas.

[8] Travelling - Artistes : Julio le Parc, Ilya Kabakov, Irving Penn, Marcel Hartmann, Sergio Vega, Henri-Georges Clouzot, Peter Kogler, Hiroshi Sugimoto…

[9] Baz’art - Artistes : Fabrice Hyber, Jean Dubuffet, Radu Belkin Andrei Berindan, Flavia Pitis, Alain Clément, Thierry Agnone, Stefan Rinck …

[10] Europe au microscope du local - extraits : « Réincarner la construction européenne dans sa complexité sociopolitique au moyen d’une analyse « microscopique » : Acteurs locaux, partenaires ou concurrents - Sur quels Registre(s) est construit ce sens « européen » (patrimonial, humain, politique, institutionnel) - Réception sociale de ce travail de symbolisation européenne (grammaire préexistante, cadres cognitifs nouveaux) - Se méfier des espaces pré-construits, des frontières institutionnelles déjà-là - Autres logiques de construction d’espaces (réseaux d’influence économique, zones de diffusion d’un média, flux migratoires, transports routiers…) et incidence sur valeurs relatives des ressources… ».

[11] Haut en couleur ! - Artistes : Alexandre Léger, Pierre Schwerzmann, James Welling, Claude Chaussard, jean Degottex, Hélène Durdilly, Lars Fredrikson, Carlos Cruz-Diez …

[12] Drapeau Europe  : Cinq branches de chacune représentant les peuples d’Europe. Pointant vers le haut, en pentagramme droit, l’étoile est associée à une symbolique positive (parfois drapeau accroché à l’envers !). Cercle : symbole d’unité, de solidarité et d’harmonie. Cercle ouvert l’Europe ne constitue pas une société close, mais s’ouvre sur le monde. Bleu azur, couleur non affectée à un continent et déjà répandue sur les drapeaux européens.

[13] Se mettre au vert ! - Artistes : Liu Tao, Jean Pierre Schneider, Helga Natz, Simone Nieweg, Gilles Altieri, Alexandre Hollan, Jeff Kowatch, Caribaï, Sylvain Dubuisson …

[14] Terres Inconnues  : « Leurs journaux de bord, leur correspondance et les récits de leurs compagnons ont la fraîcheur des émotions sincères, des émerveillements qu’amplifiait le superlatif convenant aux mondes nouveaux. On peut y lire leurs motivations nobles, leur fierté parfois arrogante, leur assurance, leur triomphe et leur gloire. On y déchiffre aussi, entre les lignes, leurs doutes, leur lassitude, leurs peurs, leur désarroi, leurs échecs et parfois leur détresse » - François Bellec - Livre des terres inconnues, journaux de bord des navigateurs (XVe – XIXe siècles), Paris : Le Chêne, 2000.

[15] Tirage au sort  : Cf divers liens Tirage au sort en politique - Wikipedia - Le tirage au sort en politique - Nouvelle Donne - La démocratie autrement 2 - Vers Une Nouvelle Constitution Française - « Le tirage au sort permettrait de recrédibiliser la politique » - Centralité du Tirage au Sort en Démocratie - Tirage au sort ou élection ? Démocratie ou aristocratie ? .

[16] Pour l’heure, La Charte européenne de l’autonomie locale : une nouvelle chance pour la décentralisation à la française ? - Jean Puech donne comme définition de l’autonomie locale « le droit et la capacité effective pour les collectivités locales de régler et de gérer, dans le cadre de la loi, sous leur propre responsabilité et au profit de leurs populations, une part importante des affaires publiques. » - Cf analyse plus détaillée P11 à 23.

[17] Le Ré-enchantement du Territoire (Le territoire dans les sillages de la complexité) - Michel Roux.