Local : Etat, Déconcentration, Décentralisation, Transparence, Relocalisation

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 266 (1 par jour)
En débat

Local : Etat, Déconcentration, Décentralisation, Transparence, Relocalisation


Le terme Etat mérite bien un « détour » sur les diverses façons de le définir (cf le dictionnaire CNRTL  [1] ou ce qu’en dit Wikipedia).

Ce qui est en jeu dans notre société acentrée est moins le mot que le rapport de cet Etat comme autorité avec le territoire géographique associé. Vis à vis de ce type de société acentrée, l’Etat semble courir derrière, avec l’arme du Droit.
S’il est interpellé sur la question de la centralité, il l’est aussi de plus en plus par les forces centrifuges comme par l’éphémère et l’imprévisible du contexte numérique vu sa difficulté à répondre aux enjeux de notre temps : peu d’agilité à prévoir tout le détail des situations dans les textes juridiques (« trop de droit tue le droit »), évolutivité enfermée dans les « fonctions », incapacité à penser la proximité, discours et mode de rédaction peu en phase avec le langage commun.

Son administration, forgée dans une pensée jacobine, s’ingénie à trouver des solutions techniques, administratives, juridiques, financières… aux directives politiques du moment. Empêtrées dans ses contradictions de gestion, de rédaction juridique, avec ses corporatismes et soumises aux lobbys… la composante administrative ne propose guère de Sens pour une pratique adaptée à notre société acentrée. Certes il existe encore quelques hauts fonctionnaires de qualité… mais ce sont trop souvent les arbres qui cachent la forêt.
La relation au Local est davantage charpentée pour les fonctionnaires d’Etat en services préfectoraux quels que soient leurs domaines d’intervention (santé, environnement, agriculture, commerce, artisanat, industrie, urbanisme…).

Pour ces fonctionnaires d’Etat, il devient urgent de repenser les savoir-faire, les adapter à l’évolution des usages et des usagers… Ceci au-delà des seules normes ou « réflexes » en articulant diverses visions et différentes compétences. Le travail dit « inter-ministériel » est un pis-aller qui n’interfère guère avec la segmentation des savoirs et apprentissages par ministère. C’est l’organisation des services de l’Etat qui devrait être pensée et revisitée à l’aune d’une société numérique acentrée, via un dialogue direct avec les citoyens.

Nombre de politiques nationales faites de choix techniques ou réglementaires segmentent à l’envie les sujets et les cas… privilégient les usages dits ordinaires et normaux et sont peu capables d’anticipations. Focaliser ainsi c’est se rendre aveugle des mouvements de fond dans la société, des autres usages qui doivent rester offerts à d’autres et du caractère fondateur du Local dans la conception comme dans la conduite de politiques publiques.


Pour renouer avec le Local, l’Etat devrait :

  • Renforcer fortement la déconcentration des pouvoirs et des décisions. En particulier en associant plus directement et plus fréquemment les Citoyens aux processus d’information et de décisions. Pas seulement sur les grands projets, mais en prêtant plus attention aux conséquences sur le quotidien des habitants et usagers du Local, des décisions publiques.
  • Engager une étape supplémentaire de décentralisation sur nombre de domaines visant des domaines de compétences locales. Vaste et salutaire débat public en perspective.
  • Mettre en oeuvre une gouvernance locale étoffée traduisant l’interdépendance de plus en plus forte entre les pouvoirs, les institutions locales associées à l’action collective et la société civile. Le tout favorisant mise en réseau, travail collaboratif, transparence, créativité si possible, dans un respect mutuel.
  • Veiller à une transparence accrue, pour les aller-retour public-privé ou le cumul d’activités. La Commission de déontologie de la fonction publique doit veiller à une plus grande information du citoyen [2].
  • Engager une action significative et progressive de relocalisation dans les grandes villes et villes moyennes françaises pour 80% des personnels des administrations centrales actuellement en Ile de France. Ceci en intégrant deux évolutions majeures : télétravail et intelligence artificielle ; qui conditionnent l’employabilité future des fonctionnaires.
  • Accepter le dialogue direct avec les citoyens et la diversité, au lieu de se limiter à des relations privilégiées avec des organisations dites représentatives. Dans notre société numérique acentrée, la représentativité est bien plus mouvante et davantage instable au vu des opportunités de mobilisation ponctuelle ou pérenne qu’offre l’internet.

Votre commentaire sur Etat, Déconcentration, Décentralisation, Transparence, Relocalisation

le 10 novembre 2017 par Contact LocalVox
modifie le 10 septembre 2018

Notes

[1] CNRTL  : Etat = Autorité politique souveraine, civile, militaire ou éventuellement religieuse, considérée comme une personne juridique et morale, à laquelle est soumise un groupement humain, vivant sur un territoire donné.

[2] Son dernier rapport 2015 comporte certes des analyses statistiques ou de cas types… mais sauf erreur, il n’y a pas publication de ses débats et de l’argumentaire des décisions pour les agents relevant de la haute fonction publique.