Actualités 2018 Tendance CreativeLab Local

Informations pour votre compte
Authentification
Visiteurs : 186 (1 par jour)
A jour

Actualités 2018 Tendance CreativeLab Local


Ci-dessous un suivi de vos informations.


4e Trim 2018

Pour en finir avec le machiavélisme start-up - Bonne analyse des dangers guettant les créatifs de start-up… et les conséquences pour l’équilibre de nos sociétés.

  • Difficile d’ignorer les effets directs et indirects du modèle d’hypercroissance à financement privé dont la Silicon Valley s’est fait le porte-étendard. Difficile de fermer les yeux sur les effets sociaux et politiques pervers, l’exclusion de pans entiers de la population d’une microsociété qui emprunte davantage à l’élite autarcique qu’à la démocratie créatrice. Les appels unanimes à plus de régulation et plus de responsabilité ne semblent rencontrer qu’un écho des plus modestes : pourquoi autant des start-ups d’hier continuent à revendre les données à des organisations semi-mafieuses, collaborer à la surveillance globale, faire fi des lois et règlements et, rarement, mais remarquablement, mentir, tricher, frauder  ?
  • Les caractères et qualités qui permettent à l’entrepreneur de passer l’épreuve du feu — survie, financement rapide, création ou invasion d’un marché, hypercroissance soutenue — sont à l’opposé de cette virtù ou, si l’on préfère, à l’éthique de responsabilité qu’un capitaine d’entreprise doit faire sienne. Le refus de prendre en compte les effets structurels et systémiques produits par la start-up et l’irresponsabilité volontaire dont certains fondateurs ne veulent ni ne peuvent se défaire sont à l’origine des pires déboires de ces dernières années

2e trimestre 2018

  • Citoyens çà nous regarde - S’informer, se former, s’exprimer, participer - Association du Pays de Ploërmel : « Espace d’éducation populaire et citoyenne - Laboratoire d’idées sociétales, environnementales, culturelles - Force de proposition et d’interpellation des instances politiques - Acteur d’information et de formation citoyenne »… organise par exemple, localement :
    • Tournée 2018 La Belle démocratie - Montertelot.
    • Agora « la place du citoyen dans les politiques locales » - Ploërmel
    • Soirée -Débat "Nouvelles Intercommunalités et Conseils de Développement - Gourhel.
    • Débat : Autour des projets de communes nouvelles et nouveaux territoires communautaires - Augan.
    • 3 ième soirée- débat (et dernière du cycle) sur la démocratie territoriale - Hélléan
    • Café-Débat : La place du citoyen dans les Communautés de Communes - le Petit Kirikou, Ploërmel.

 
A voir aussi en écho Ploërmel. « Inciter les gens à participer à la vie de la cité » et plus généralement un récap de ce qui se passe à Saillans dans la Drôme Démocraties Vivantes : « Gouvernance collégiale et participative - Principe de base : Le Politique, c’est l’habitant … l’élu, son représentant - Méthodes d’Intelligence Collective - Faire Système - Sortir du sentiment d’impuissance. »

  • L’Etat prépare une blockchain pour les fréquences libres "L’Agence nationale des fréquences développe en partenariat avec Blockchain Partner un registre distribué pour optimiser la répartition des fréquences libres et permettre une meilleure collaboration entre les acteurs.
    Eviter une dégradation du signal : découper le spectre des ondes radio en un certain nombre de plages et attribuer ces plages entre les utilisateurs.
    • Les fréquences libres, utilisées aujourd’hui pour Wi-Fi, RFID, réseaux d’Internet des Objets comme LoRa… La multiplication des utilisateurs : forte concentration des usages pourrait brouiller la qualité de la réception.
    • Le projet : proposer aux acteurs un outil d’auto-organisation et de collaboration. Concrètement l’outil permettra d’enregistrer l’utilisation de ces fréquences libres sur un périmètre géographique donné.
    • Un registre distribué pour s’auto-organiser. Rrois couches : d’abord le protocole (blockchain privée, appelée blockchain de consortium). Deuxième couche (smart contract) pour gérer les affectations des fréquences de manière décentralisée. La troisième renvoie différentes interfaces utilisateurs.
    • Après expérimentation à Station F, projet opérationnel l’outil d’ici la fin de l’année 2018."

1e trimestre 2018

  • CiviTech
    La Civic Tech réinvente la démocratie participative : "Imaginer une ville plus collaborative, fluidifier les relations entre les usagers et les services publics, impliquer les citoyens dans la création des lois et les projets de proximité… La Civic Tech désigne l’ensemble des technologies qui ont pour objectif d’affermir le lien démocratique entre les citoyens, le service public et le gouvernement et d’accroître le pouvoir de la société civile. Ces initiatives permettent de rendre l’action publique plus transparente et accessible.
    • « Spallian » (habitant-usager, collecte et gestion de big data produite notamment par les habitants, propose outils spécifiques : « TellMyCity » signaler un problème (voirie, service public de proximité,…), communiquer plus directement avec leurs citoyens, via une application smartphone clé-en-main.
    • Cartographies collaboratives ou crowdsourcing (données produites ou coproduites par les usagers) ou des réseaux sociaux d’habitants.
    • Transitions énergétiques, environnementales et sociétales. Egis, filiale CDC, incube « « Tàn » plateforme au service des citoyens pour évalue empreinte carbone et donner conseils concrets et simples pour la diminuer.
    • Participation citoyens à l’action politique, « Démocratie ouverte » collectif citoyen indépendant, incubateur d’innovations démocratiques.
    • “Cap Collectif« , « plateforme d’intelligence collective » services d’interactions entre collectivités et citoyens (consultations publiques, budgets participatifs, co-construction de projets urbains,…). Rennes a développé »La Fabrique Citoyenne" regroupant toutes ses initiatives participatives.
    • Quartier de Bouchayer-Viallet Métropole de Grenoble, « Chrono en Marche », déployé par Transdev, la collectivité (SMTC) et le réseau de transport (SEMITAG)… pour améliorer l’attractivité des lignes de bus dans un quartier en reconstruction… via une application développée par la startup « UFO » : tablette, in situ, options d’aménagement en réalité augmentée et donner un avis concret et argumenté.
      En impliquant plus régulièrement la population dans les décisions, le service public se voit présenter l’opportunité de hiérarchiser son action pour aller vers ce qui crée le plus de valeur pour le citoyen – usager.
    • Le Liberté Living Lab un tiers-lieu de travail, d’expérimentation et de partage centré sur la « Tech for good » c’est-à-dire la technologie au service du bien commun.
    • Secteur à fort potentiel parce qu’il répond à l’enjeu crucial de la transparence et de l’implication des citoyens et des usagers dans la prise de décision à tous les niveaux.
    • La Civic Tech s’inscrit dans un mouvement plus large qui vise à casser les logiques traditionnelles « top-down », pas uniquement dans le secteur public. De nombreuses organisations privées utilisent de plus en plus ces dispositifs pour enrichir leur relation clients (SNCF, ENGIE, Enedis,…)."
  • Télémédecine
    Qare veut faciliter l’accès des Français à la télémédecine : « La plate-forme de télémédecine Qare permet aux patients d’accéder à 52 praticiens (une centaine fin 2018) et d’obtenir un avis médical à distance dans 17 disciplines, via un échange en vidéo… Après plusieurs mois d’expérimentation outre-Manche le marché est prêt : Le gouvernement et les professionnels discutent sur une régulation à venir, et l’objectif est de permettre l’accès à la médecine en un clic (négociations entamées entre la Caisse nationale d’assurance-maladie (CNAM) et le syndicat des médecins libéraux)… Partenariats avec des professionnels pour assurer la livraison des médicaments… abonnement mensuel avec un nombre d’actes illimité, 29 euros pour une personne et 49 euros pour une famille… Médecins doivent être capables de détecter les signaux faibles, comme la voix du patient, sa gestuelle, pour bien poser leur diagnostic… Financée à hauteur de 6 millions d’euros par Kamet, l’incubateur d’AXA »
  • Penser autrement « C to B » (consumer to business)
    Les grands groupes se ruent sur les start-up pour penser autrement : « Pour récupérer les jeunes talents, les entreprises font leur marché.… Il ne s’agit pas tant d’acquérir de nouvelles technologies que de stimuler le changement en apprenant à anticiper les nouveaux usages imposés par leurs clients.… « On a souvent besoin d’un plus petit que soi. »… Carrefour prend une participation dans Showroomprive, la BNP rachète Compte-Nickel, Monoprix reprend Sarenza, Chanel se paie Farfetch, CMA-CGM va « couver » dans Ze Box une quinzaine de start-up venues du monde entier, La Poste a racheté KissKissBankBank et Sodexo, FoodChéri, Total Greenflex » Cf aussi divers extraits d’interviews : Elisabeth Ducottet (Thuasne), François Darchis (innovation d’Air Liquide), Patrick Pouyanné (Total), Pierre-André de Chalendar (Saint-Gobain)…
  • Objets connectés : Ces 10 innovations qui vont changer votre vie en 2018
le 28 février 2018 par Contact LocalVox
modifie le 22 octobre 2018